Distribution des URL

Une organisation propre et élégante des URL est un aspect important dans une application Web de qualité. Django vous laisse organiser vos URL comme bon vous semble, sans restriction imposée par le système.

Pas besoin de .php ou de .cgi, et encore moins de 0,2097,1-1-1928,00.

Lisez Cool URIs don’t change, par le père du World Wide Web Tim Berners-Lee, pour savoir pourquoi les URL devraient être claires et conviviales.

Aperçu

Pour organiser les URL d’une application, il s’agit de créer un module Python appelé communément URLconf (configuration d’URL). Le code de ce module est en Python pur et est une simple correspondance entre motifs d’URL (de banales expressions régulières) et fonctions Python (vos vues).

Cette correspondance peut être autant courte que longue. Elle peut faire référence à d’autres correspondances. Et étant donné qu’il s’agit de code Python pur, elle peut être construite dynamiquement.

Django fournit également une façon de traduire les URL en fonction de la langue active. Voir la documentation sur l’internationalisation pour plus d’informations.

Processus de traitement des requêtes par Django

Quand un utilisateur accède à une page de votre site Django, voici l’algorithme que le système suit pour déterminer quel code Python doit être exécuté :

  1. Django identifie le module URLconf racine à utiliser. Par défaut, c’est la valeur attribuée au réglage ROOT_URLCONF, mais si la requête HttpRequest entrante possède un attribut urlconf (défini par intergiciel), sa valeur sera utilisée en lieu et place du réglage ROOT_URLCONF.
  2. Django charge ce module Python et cherche la variable urlpatterns. Ce devrait être une liste Python d’instances django.conf.urls.url().
  3. Django parcourt chaque motif d’URL dans l’ordre et s’arrête dès la première correspondance avec l’URL demandée.
  4. Une fois qu’une des expressions régulières correspond, Django importe et appelle la vue correspondante, qui est une simple fonction Python (ou une vue reposant sur une classe). La vue se voit passer les paramètres suivants :
    • Une instance HttpRequest.
    • Si l’expression régulière correspondante n’a pas renvoyé de groupes nommés, les correspondances de l’expression régulière sont transmises comme paramètres positionnels.
    • Les paramètres nommés sont formés des groupes nommés résultant de la correspondance par expression régulière, surchargés par tout paramètre ajouté dans le paramètre facultatif kwargs de django.conf.urls.url().
  5. Si aucune expression régulière ne correspond, ou si une exception est levée durant ce processus, Django appelle une vue d’erreur appropriée. Voir Gestion d’erreur plus bas.

Exemple

Voici un exemple d’URLconf :

from django.conf.urls import url

from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^articles/2003/$', views.special_case_2003),
    url(r'^articles/([0-9]{4})/$', views.year_archive),
    url(r'^articles/([0-9]{4})/([0-9]{2})/$', views.month_archive),
    url(r'^articles/([0-9]{4})/([0-9]{2})/([0-9]+)/$', views.article_detail),
]

Notes :

  • Pour capturer une valeur contenue dans l’URL, entourez-la simplement de parenthèses.
  • Inutile de préfixer vos URL d’une barre oblique, elles en ont toutes une. Par exemple, écrivez ^articles et non ^/articles.
  • Le 'r' devant chaque expression régulière est facultatif mais recommandé. Il signale à Python qu’une chaîne est « brute », aucun caractère de la chaîne ne doit être échappé. Voir l’explication de Dive Into Python.

Exemples de requêtes :

  • Une requête vers /articles/2005/03/ correspondrait à la troisième entrée dans la liste. Django appellerait la fonction views.month_archive(request, '2005', '03').
  • /articles/2005/3/ ne correspondrait à aucun motif d’URL, car la troisième entrée dans la liste nécessite deux chiffres pour le mois.
  • /articles/2003/ correspondrait au premier motif de la liste, et non le deuxième, car les motifs sont évalués dans l’ordre, et le premier est le premier à correspondre. Libre à vous d’utiliser l’ordre de définition pour traiter des cas spéciaux comme ici. Ici, Django appellerait la fonction views.special_case_2003(request).
  • /articles/2003 ne correspondrait à aucun motif, car chaque motif nécessite que l’URL se termine par une barre oblique.
  • /articles/2003/03/03/ correspondrait au dernier motif. Django appellerait la fonction views.article_detail(request, '2003', '03', '03').

Groupes nommés

L’exemple ci-dessus utilise de simples groupes d’expressions régulières non nommés (via les parenthèses) pour capturer des bouts d’URL et les passer en tant que paramètres positionnels à une vue. Dans des situations plus poussées, il est possible d’utiliser des groupes de capture nommés pour capturer des bouts d’URL et les passer en tant que paramètres nommés à une vue.

La syntaxe des expressions régulières en Python pour les groupes de captures nommés est (?P<nom>motif), où nom est le nom du groupe et motif est le motif à faire correspondre.

Voici le même exemple d’URLconf que ci-dessus, réécrit en utilisant les groupes nommés :

from django.conf.urls import url

from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^articles/2003/$', views.special_case_2003),
    url(r'^articles/(?P<year>[0-9]{4})/$', views.year_archive),
    url(r'^articles/(?P<year>[0-9]{4})/(?P<month>[0-9]{2})/$', views.month_archive),
    url(r'^articles/(?P<year>[0-9]{4})/(?P<month>[0-9]{2})/(?P<day>[0-9]{2})/$', views.article_detail),
]

Le résultat est strictement identique qu’avec le précédent exemple, avec une subtile différence : les valeurs capturées sont passées aux vues en tant que paramètres nommés plutôt qu’en tant que paramètres positionnels. Par exemple :

  • Une requête sur /articles/2005/03/ appellerait la fonction views.month_archive(request, year='2005', month='03'), plutôt que views.month_archive(request, '2005', '03').
  • Une requête sur /articles/2003/03/03/ appellerait la fonction views.article_detail(request, year='2003', month='03', day='03').

En pratique, cela signifie que vos modules URLconf sont légèrement plus explicites et moins sujets aux bogues d’ordre des paramètres, et vous pouvez réordonner les paramètres des définitions de vos vues. Bien sûr, ces avantages viennent au prix de la brièveté ; certains développeurs trouvent la syntaxe des groupes nommés vilaine et trop verbeuse.

L’algorithme de correspondance/groupement

Voici l’algorithme que suit l’analyseur d’URLconf, en faisant la distinction entre les groupes nommés et les groupes non nommés dans une expression régulière :

  1. S’il y a des paramètres nommés, il les utilise et ignore les paramètres anonymes.
  2. Sinon, il passe tous les paramètres anonymes en tant que paramètres positionnels.

Dans les deux cas, tout paramètre nommé supplémentaire passé comme décrit dans Transmission de paramètres supplémentaires à une vue (plus bas) sera aussi passé à la vue.

Configurations d’URL et contenu des comparaisons

L”URLconf utilise l’URL demandée, en tant que simple chaîne Python. Ni les paramètres GET ou POST, ni le nom de domaine ne sont inclus.

Par exemple, pour une requête sur https://www.example.com/myapp/, l”URLconf cherchera myapp/.

Pour une requête sur https://www.example.com/myapp/?page=3, l”URLconf cherchera myapp/.

L”URLconf ignore la méthode de la requête. En d’autres termes, toutes les méthodes de requêtes – POST, GET, HEAD, etc. – seront acheminées vers la même fonction de la même URL.

Les paramètres capturés sont toujours des chaînes de caractères

Chaque paramètre capturé est envoyé à la vue en tant que simple chaîne de caractères Python, peu importe la correspondance qu’effectue l’expression régulière. Par exemple, dans cette ligne de configuration d’URL :

url(r'^articles/(?P<year>[0-9]{4})/$', views.year_archive),
… le paramètre year transmis à views.year_archive() sera une chaîne de caractères,
et non pas un entier, même si [0-9]{4} ne correspondra qu’à des chaînes représentant des entiers.

Valeurs par défaut des paramètres de vue

Une astuce pratique est de définir des valeurs par défaut pour les paramètres de vos vues. Voici un exemple de configuration d’URL et de vue :

# URLconf
from django.conf.urls import url

from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^blog/$', views.page),
    url(r'^blog/page(?P<num>[0-9]+)/$', views.page),
]

# View (in blog/views.py)
def page(request, num="1"):
    # Output the appropriate page of blog entries, according to num.
    ...

Dans l’exemple ci-dessus, les deux motifs d’URLs pointe vers la même vue – views.page – mais le premier motif ne capture aucun élément de l’URL. Si le premier motif correspond, la fonction page() utilisera la valeur par défaut de son paramètre num, "1". Si le second motif correspond, page() utilisera la valeur capturée par l’expression régulière.

Performance

Chaque expression régulière d’un urlpatterns est compilée la première fois qu’elle est utilisée. Cela rend le système extrêmement rapide.

Syntaxe de la variable urlpatterns

urlpatterns devrait être une liste Python d’instances url().

Gestion d’erreur

Quand Django ne trouve pas d’expression régulière correspondant à l’URL demandée, ou quand une exception est générée, Django appelle une vue de gestion d’erreur.

Les vues à utiliser pour ces situations sont définies par quatre variables. Leur valeur par défaut devraient convenir à la plupart des projets, mais il reste possible de les personnaliser en surchargeant leurs valeurs par défaut.

Voir la documentation sur la personnalisation des vues d’erreur pour plus de détails.

Ces valeurs doivent être définies dans l”URLconf racine. La définition de ces variables dans n’importe quel autre URLconf n’aura aucun effet.

Les valeurs doivent pouvoir être appelées, ou être des chaînes de caractères représentant le chemin d’importation Python complet vers une vue qui doit être appelée pour traiter l’erreur actuelle.

Les variables sont :

Inclusion d’autres URLconfs

À tout moment, votre urlpatterns peut « inclure » d’autres modules URLconf. Fondamentalement, cela permet de rassembler un ensemble d’URL les unes sous les autres.

Par exemple, voici un extrait de la configuration d’URL du site Web Django lui-même. Il inclut un certain nombre d’autres configurations d’URL :

from django.conf.urls import include, url

urlpatterns = [
    # ... snip ...
    url(r'^community/', include('django_website.aggregator.urls')),
    url(r'^contact/', include('django_website.contact.urls')),
    # ... snip ...
]

Remarquez que les expressions régulières de cet exemple n’ont pas de $ (caractère de fin de correspondance) mais ont bien une barre oblique finale. Quand Django rencontre un include() (django.conf.urls.include()), il tronque le bout d’URL qui correspondait jusque là et passe la chaîne de caractères restante à la configuration d’URL incluse pour continuer le traitement.

Une autre possibilité est d’inclure des motifs d’URL supplémentaires en utilisant une liste d’instances url(). Par exemple, dans cet configuration d’URL :

from django.conf.urls import include, url

from apps.main import views as main_views
from credit import views as credit_views

extra_patterns = [
    url(r'^reports/$', credit_views.report),
    url(r'^reports/(?P<id>[0-9]+)/$', credit_views.report),
    url(r'^charge/$', credit_views.charge),
]

urlpatterns = [
    url(r'^$', main_views.homepage),
    url(r'^help/', include('apps.help.urls')),
    url(r'^credit/', include(extra_patterns)),
]

Dans cet exemple, l’URL /credit/reports/ sera traitée par la vue Django credit_views.report().

Cela peut être utilisé pour supprimer de la redondance dans des configurations d’URL où un préfixe de motif est employé de manière répétitive. Par exemple, considérez cette configuration d’URL :

from django.conf.urls import url
from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^(?P<page_slug>[\w-]+)-(?P<page_id>\w+)/history/$', views.history),
    url(r'^(?P<page_slug>[\w-]+)-(?P<page_id>\w+)/edit/$', views.edit),
    url(r'^(?P<page_slug>[\w-]+)-(?P<page_id>\w+)/discuss/$', views.discuss),
    url(r'^(?P<page_slug>[\w-]+)-(?P<page_id>\w+)/permissions/$', views.permissions),
]

Nous pouvons l’améliorer en indiquant une seule fois le préfixe de chemin commun et en regroupant les suffixes qui diffèrent :

from django.conf.urls import include, url
from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^(?P<page_slug>[\w-]+)-(?P<page_id>\w+)/', include([
        url(r'^history/$', views.history),
        url(r'^edit/$', views.edit),
        url(r'^discuss/$', views.discuss),
        url(r'^permissions/$', views.permissions),
    ])),
]

Les paramètres capturés

Un URLconf inclus reçoit tous les paramètres capturés par ses URLconf parents, ainsi l’exemple suivant est valide :

# In settings/urls/main.py
from django.conf.urls import include, url

urlpatterns = [
    url(r'^(?P<username>\w+)/blog/', include('foo.urls.blog')),
]

# In foo/urls/blog.py
from django.conf.urls import url
from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^$', views.blog.index),
    url(r'^archive/$', views.blog.archive),
]

Dans l’exemple ci-dessus, la variable capturée "username" est passée à l”URLconf inclus, comme on peut s’y attendre.

Paramètres imbriqués

Les expressions régulières autorisent les paramètres imbriqués et Django les résout et les transmet à la vue. Lors de l’inversion d’URL, Django essaie de remplir tous les paramètres capturés externes, en ignorant les paramètres capturés imbriqués. Considérez les motifs d’URL suivants qui acceptent de manière facultative un paramètre page:

from django.conf.urls import url

urlpatterns = [
    url(r'blog/(page-(\d+)/)?$', blog_articles),                  # bad
    url(r'comments/(?:page-(?P<page_number>\d+)/)?$', comments),  # good
]

Les deux motifs emploient des paramètres imbriqués et seront résolus : par exemple, blog/page-2/ va correspondre à blog_articles avec deux paramètres positionnels : page-2/ et 2. Le second motif pour comments va correspondre à comments/page-2/ avec le paramètre nommé page_number défini à 2. Le paramètre extérieur dans ce cas est un paramètre non capturant (?:...).

La vue blog_articles a besoin du paramètre capturé extérieur afin d’être résolue, page-2/ ou aucun paramètre, dans ce cas, alors que comments peut être résolue avec soit aucun paramètre, soit une valeur pour page_number.

Les paramètres capturés imbriqués créent un couplage fort entre les paramètres de la vue et l’URL, comme le démontre blog_articles: la vue reçoit une partie de l’URL (page-2/) au lieu de ne recevoir que la valeur qui l’intéresse réellement. Ce couplage est encore plus prononcé lors de la résolution, car pour résoudre la vue, il est nécessaire de transmettre un bout d’URL au lieu d’un simple numéro de page.

En règle générale, capturez uniquement les valeurs que la vue doit gérer et employez des paramètres sans capture lorsque l’expression régulière a besoin d’un paramètre mais que la vue l’ignore.

Transmission de paramètres supplémentaires à une vue

Les configurations d’URL ont un point d’entrée qui permet de passer des paramètres supplémentaires à vos vues, via un dictionnaire Python.

La fonction django.conf.urls.url() accepte un troisième paramètre facultatif qui doit correspondre à un dictionnaire de paramètres nommés supplémentaires à transmettre à la fonction de vue.

Par exemple :

from django.conf.urls import url
from . import views

urlpatterns = [
    url(r'^blog/(?P<year>[0-9]{4})/$', views.year_archive, {'foo': 'bar'}),
]

Dans cet exemple, si une requête demande /blog/2005/, Django appelle views.year_archive(request, year='2005', foo='bar').

Cette technique est utilisée dans le système de syndication pour passer des métadonnées et des options aux vues.

Gestion des confilts

Il est possible d’avoir un motif d’URL qui capture des paramètres nommés, et qui passe aussi des paramètres ayant les mêmes noms dans son dictionnaire de paramètres supplémentaires. Quand c’est le cas, les paramètres du dictionnaire seront utilisés à la place des paramètres capturés dans l’URL.

Transmission de paramètres supplémentaires à include()

De la même façon, vous pouvez passer des paramètres supplémentaires à la fonction include(). Dans ce cas, chacune des lignes de la configuration d’URL incluse recevra les paramètres supplémentaires.

Par exemple, ces deux ensembles de configurations d’URL sont fonctionnellement identiques :

Premier ensemble :

# main.py
from django.conf.urls import include, url

urlpatterns = [
    url(r'^blog/', include('inner'), {'blogid': 3}),
]

# inner.py
from django.conf.urls import url
from mysite import views

urlpatterns = [
    url(r'^archive/$', views.archive),
    url(r'^about/$', views.about),
]

Second ensemble :

# main.py
from django.conf.urls import include, url
from mysite import views

urlpatterns = [
    url(r'^blog/', include('inner')),
]

# inner.py
from django.conf.urls import url

urlpatterns = [
    url(r'^archive/$', views.archive, {'blogid': 3}),
    url(r'^about/$', views.about, {'blogid': 3}),
]

Remarquez que les paramètres supplémentaires seront toujours passés à chaque élément de la configuration d’URL incluse, peu importe si la vue associée à l’élément accepte ces paramètres comme étant valides. C’est pour cette raison que cette technique est utile seulement lorsque vous êtes certain que toutes les vues de la configuration d’URL incluse acceptent les paramètres supplémentaires que vous passez.

Résolution inversée des URL

Un besoin courant quand on travaille sur un projet Django est d’avoir la possibilité d’obtenir des URL dans leur forme finale soit pour les incorporer dans du contenu généré (des URL vers des vues et des ressources, des URL montrées à l’utilisateur, etc.) ou pour gérer le flux de navigation côté serveur (redirections, etc.).

Il est très fortement suggéré d’éviter d’écrire des URL figées (une approche laborieuse, non extensible et sujette à l’erreur). Il est tout aussi dangereux de concevoir des mécanismes ad hoc capables de générer des URL identiques à celles décrites dans la configuration d’URL, risquant d’aboutir avec le temps à l’obtention d’URL obsolètes.

En d’autres termes, ce dont nous avons besoin est un mécanisme DRY (« ne pas se répéter »). L’un de ses avantages est de permettre l’évolution de l’organisation des URL sans avoir à parcourir le code source du projet pour remplacer les URL obsolètes.

L’information principale dont nous disposons pour récupérer une URL est une identification de la vue qui est chargée de la traiter (par exemple, son nom). Les autres informations nécessaires à la recherche de la bonne URL sont les types (positionnel, nommé) et les valeurs des paramètres de la vue.

Django met à disposition une solution qui fait en sorte que le système d’abstraction d’URL est le seul à connaître l’organisation des URL. Vous lui donnez votre configuration d’URL et vous pouvez ensuite l’utiliser dans les deux sens :

  • À partir d’une URL demandée par un utilisateur/navigateur, il appelle la vue Django concernée en lui passant tous les paramètres dont elle a besoin en extrayant les valeurs telles quelles de l’URL.
  • À partir de l’identification de la vue Django concernée ainsi que les valeurs des paramètres qui lui seraient passés, il renvoie l’URL associée.

Le premier correspond à l’utilisation dont nous avons parlé dans les sections précédentes. Le second correspond à ce qu’on appelle la résolution inversée des URL, la correspondance inverse d’URL, la recherche inverse d’URL, ou plus simplement l’inversion d’URL.

Django met à disposition des outils pour réaliser une inversion d’URL dans les différentes couches où les URL sont nécessaires :

  • Dans les gabarits : en utilisant la balise de gabarit url.
  • Dans le code Python : en utilisant la fonction reverse().
  • Dans le code plus abstrait amené à manipuler les URL des instances de modèle Django : la méthode get_absolute_url().

Exemples

Reprenons comme exemple cette ligne de configuration d’URL :

from django.conf.urls import url

from . import views

urlpatterns = [
    #...
    url(r'^articles/([0-9]{4})/$', views.year_archive, name='news-year-archive'),
    #...
]

D’après ce schéma, l’URL de l’archive correspondant à l’année nnnn est /articles/nnnn/.

Vous pouvez obtenir ces URL dans les gabarits en utilisant :

<a href="{% url 'news-year-archive' 2012 %}">2012 Archive</a>
{# Or with the year in a template context variable: #}
<ul>
{% for yearvar in year_list %}
<li><a href="{% url 'news-year-archive' yearvar %}">{{ yearvar }} Archive</a></li>
{% endfor %}
</ul>

Ou en Python :

from django.urls import reverse
from django.http import HttpResponseRedirect

def redirect_to_year(request):
    # ...
    year = 2006
    # ...
    return HttpResponseRedirect(reverse('news-year-archive', args=(year,)))

Si, pour quelque raison que ce soit, vous décidez de changer l’URL à laquelle les archives annuelles d’articles sont sauvegardées, vous aurez seulement besoin de changer la ligne concernée dans la configuration d’URL.

Dans le cas où les vues ont un comportement générique, une relation N:1 peut exister entre les URL et les vues. Dans ces cas-là, le nom de la vue n’est pas un identifiant suffisant au moment où il s’agit d’utiliser l’inversion d’URL. Lisez la section suivante pour découvrir la solution qu’apporte Django à ce problème.

Nommage des motifs d’URL

Afin de pouvoir effectuer des inversions d’URL, il est nécessaire d’utiliser des motifs d’URL nommés comme vous pouvez le voir dans les exemples ci-dessus. La chaîne utilisée pour les noms des URL peut contenir tous les caractères que vous voulez. Vous n’êtes pas tenus d’utiliser des noms Python valables.

When naming URL patterns, choose names that are unlikely to clash with other applications” choice of names. If you call your URL pattern comment and another application does the same thing, the URL that reverse() finds depends on whichever pattern is last in your project’s urlpatterns list.

Putting a prefix on your URL names, perhaps derived from the application name (such as myapp-comment instead of comment), decreases the chance of collision.

You can deliberately choose the same URL name as another application if you want to override a view. For example, a common use case is to override the LoginView. Parts of Django and most third-party apps assume that this view has a URL pattern with the name login. If you have a custom login view and give its URL the name login, reverse() will find your custom view as long as it’s in urlpatterns after django.contrib.auth.urls is included (if that’s included at all).

You may also use the same name for multiple URL patterns if they differ in their arguments. In addition to the URL name, reverse() matches the number of arguments and the names of the keyword arguments.

Les espaces de noms d’URL

Introduction

Les espaces de noms d’URL permettent la résolution inverse de motifs d’URL nommés de manière unique, même si différentes applications utilisent les mêmes noms d’URL. L’utilisation systématique d’URL avec espaces de noms est une bonne pratique que les applications tierces devraient adopter (comme cela a été fait dans le tutoriel). C’est aussi un moyen qui permet la résolution inverse quand plusieurs instances d’une application sont déployées. En d’autres termes, comme plusieurs instances d’une même application partagent les URL nommées, les espaces de noms fournissent un moyen de distinguer ces URL nommées.

Les applications Django qui font bon usage des espaces de noms d’URL peuvent être déployées plusieurs fois pour un même site. Par exemple, django.contrib.admin possède une classe AdminSite permettant de facilement déployer plus d’une instance de l’interface d’administration. Dans un exemple ultérieur, nous aborderons l’idée de déployer l’application polls du tutoriel à deux emplacements différents afin de pouvoir offrir la même fonctionnalité à deux audiences différentes (auteurs et éditeurs).

Un espace de noms d’URL se compose de deux parties, qui sont les deux des chaînes de caractères :

espace de noms d’application
Ceci définit le nom de l’application déployée. Chaque instance d’une même application possède le même espace de noms d’application. Par exemple, l’application d’administration de Django possède l’espace de noms d’application 'admin', comme l’on peut s’y attendre.
espace de noms d’instance
Ceci identifie une instance particulière d’une application. Les espaces de noms d’instance doivent être uniques dans tout un projet. Cependant, un espace de noms d’instance peut être identique à l’espace de noms d’application. C’est utilisé pour identifier l’instance par défaut d’une application. Par exemple, l’instance par défaut du site d’administration de Django possède l’espace de noms d’instance 'admin'.

Les URL avec espace de noms sont identifiées par l’opérateur ':'. Par exemple, la page d’accueil principale de l’application d’administration est référencée par 'admin:index'. Cela indique une URL nommée 'index' dans un espace de noms 'admin'.

Les espaces de noms peuvent aussi être imbriqués. L’URL nommée 'sports:polls:index' recherche un motif nommé 'index' dans l’espace de noms 'polls', lui-même défini à l’intérieur de l’espace de noms de premier niveau 'sports'.

Résolution inverse des URL avec espaces de noms

Lorsqu’il reçoit une URL avec espace de noms à résoudre (par ex. 'polls:index'), Django partage le nom complet en segments et effectue la recherche suivante :

  1. Premièrement, Django cherche un espace de noms d’application correspondant (dans cet exemple, 'polls'). Cela produira une liste d’instances de cette application.

  2. Si une application courante est définie, Django trouve et renvoie le résolveur d’URL de cette instance. L’application courante peut être définie avec le paramètre current_app de la fonction reverse().

    La balise de gabarit url utilise l’espace de noms de la vue actuellement résolue comne application courante dans un RequestContext. Vous pouvez outrepasser cette valeur par défaut en définissant l’application courante dans l’attribut request.current_app.

  3. S’il n’existe pas d’application courante, Django cherche une instance d’application par défaut. Celle-ci correspond à l’instance dont l”espace de noms d’instance est identique à l”espace de noms d’application (dans cet exemple, une instance de polls appelée 'polls').

  4. S’il n’existe pas d’instance d’application par défaut, Django sélectionne la dernière instance déployée de l’application, quel que soit son nom d’instance.

  5. Si l’espace de noms indiqué ne correspond pas à un espace de noms d’application à l’étape 1, Django effectue une recherche directe d’espace de noms en tant qu”espace de noms d’instance.

S’il existe des espaces de noms imbriqués, ces étapes sont répétées pour chaque partie de l’espace de noms jusqu’à ce qu’il ne reste plus que le nom de la vue comme élément non résolu. Le nom de vue est ensuite résolu comme URL dans l’espace de noms qui a été trouvé.

Exemple

Pour voir en action cette stratégie de résolution, considérez l’exemple de deux instances de l’application polls du tutoriel : l’une appelée 'author-polls' et l’autre 'publisher-polls'. Supposons que l’on ait amélioré cette application afin qu’elle prenne en considération l’espace de noms de l’instance lors de la création et de l’affichage des sondages.

urls.py
from django.conf.urls import include, url

urlpatterns = [
    url(r'^author-polls/', include('polls.urls', namespace='author-polls')),
    url(r'^publisher-polls/', include('polls.urls', namespace='publisher-polls')),
]
polls/urls.py
from django.conf.urls import url

from . import views

app_name = 'polls'
urlpatterns = [
    url(r'^$', views.IndexView.as_view(), name='index'),
    url(r'^(?P<pk>\d+)/$', views.DetailView.as_view(), name='detail'),
    ...
]

Avec cette configuration, les recherches suivantes sont possibles :

  • Si l’une des instances est courante, c’est-à-dire que nous construisons la page de détail dans l’instance 'author-polls', 'polls:index' est résolu à la page d’accueil de l’instance 'author-polls'. C’est-à-dire que les deux expressions suivantes produiront "/author-polls/".

    Dans la méthode d’une vue fondée sur les classes :

    reverse('polls:index', current_app=self.request.resolver_match.namespace)
    

    et dans le gabarit :

    {% url 'polls:index' %}
    
  • S’il n’existe pas d’instance courante, par exemple si nous produisons une page quelque part ailleurs sur le site, 'polls:index' est résolu en rapport avec l’instance polls inscrite en dernier. Comme il n’y a pas d’instance par défaut (espace de noms d’instance 'polls'), c’est la dernière instance inscrite de polls qui est utilisée. Cela sera 'publisher-polls' car c’est celle qui est déclarée en dernier dans les motifs d’URL urlpatterns.

  • 'author-polls:index' est toujours résolu comme page d’accueil de l’instance 'author-polls' (et de même pour 'publisher-polls').

S’il y avait aussi une instance par défaut, nommée 'polls', la seule chose qui change par rapport à ci-dessus est que quand il n’y a pas d’instance courante (le deuxième cas ci-dessus), 'polls:index' est résolu à la page d’accueil de l’instance par défaut, et non pas de l’instance déclarée en dernier dans les motifs d’URL urlpatterns.

Espaces de noms d’URL et configurations d’URL incluses

Les espaces de noms d’application des configurations d’URL incluses peuvent être définis de deux manières.

Premièrement, vous pouvez définir un attribut app_name dans le module de configuration d’URL inclus, au même niveau que l’attribut urlpatterns. Il est nécessaire d’indiquer à include() le module réel ou une référence textuelle au module, non pas la liste ou l’élément urlpatterns lui-même.

polls/urls.py
from django.conf.urls import url

from . import views

app_name = 'polls'
urlpatterns = [
    url(r'^$', views.IndexView.as_view(), name='index'),
    url(r'^(?P<pk>\d+)/$', views.DetailView.as_view(), name='detail'),
    ...
]
urls.py
from django.conf.urls import include, url

urlpatterns = [
    url(r'^polls/', include('polls.urls')),
]

Les URL définies dans polls.urls auront un espace de noms d’application polls.

Deuxièmement, vous pouvez inclure un objet contenant des données d’espace de noms intégrées. Si vous incluez par include() une liste d’instances url(), les URL contenues dans cet objet seront ajoutées à l’espace de noms global. Cependant, vous pouvez aussi inclure un tuple de 2 éléments contenant :

(<list of url() instances>, <application namespace>)

Par exemple :

from django.conf.urls import include, url

from . import views

polls_patterns = ([
    url(r'^$', views.IndexView.as_view(), name='index'),
    url(r'^(?P<pk>\d+)/$', views.DetailView.as_view(), name='detail'),
], 'polls')

urlpatterns = [
    url(r'^polls/', include(polls_patterns)),
]

Cela va inclure les motifs d’URL nommés dans l’espace de noms d’application donné.

L’espace de noms d’instance peut être précisé en utilisant le paramètre namespace de include(). Si l’espace de noms d’instance n’est pas défini, il contiendra par défaut l’espace de noms d’application de la configuration d’URL incluse. Cela signifie qu’il s’agira aussi de l’instance par défaut pour cet espace de noms.

Back to Top