Le langage de gabarit de Django : pour les programmeurs Python

Ce document présente le système de gabarits de Django dans une perspective technique : son fonctionnement et ses possibilités d’extension. Si vous recherchez simplement la référence de la syntaxe du langage, consultez Le langage de gabarit de Django.

Il présuppose une compréhension des gabarits, des contextes, des variables, des balises et du rendu des gabarits. Commencez par l’introduction au langage de gabarit de Django si ces concepts ne vous sont pas familiers.

Aperçu

L’utilisation du système de gabarits en Python est un processus à trois étapes :

  1. Vous configurez un moteur Engine.

  2. Vous compilez le code du gabarit en un objet Template.

  3. Vous produisez ce gabarit en fonction d’un Context.

Les projets Django se basent généralement sur l’ref:API de haut niveau et indépendante du moteur <template-engines> pour chacune de ces étapes plutôt que d’employer l’API de bas niveau du système des gabarits :

  1. Pour chaque moteur DjangoTemplates du réglage TEMPLATES, Django crée une instance Engine. DjangoTemplates englobe Engine et l’adapte à l’API commune des moteurs de gabarits.

  2. Le module django.template.loader fournit des fonctions telles que get_template() pour le chargement des gabarits. Elles renvoient un django.template.backends.django.Template qui adapte l’objet django.template.Template réel.

  3. Le gabarit Template obtenu à l’étape précédente possède une méthode render() qui produit un contexte et éventuellement une requête dans un objet Context et délègue le rendu à l’objet Template sous-jacent.

Configuration d’un moteur

Si vous utilisez simplement le moteur DjangoTemplates, cette documentation n’est probablement pas celle que vous cherchez. Une instance de la classe Engine décrite ci-dessous est accessible en utilisant l’attribut engine du moteur, et toute valeur par défaut d’attribut mentionnée plus bas est remplacée par ce qui est transmis par DjangoTemplates.

class Engine(dirs=None, app_dirs=False, allowed_include_roots=None, context_processors=None, debug=False, loaders=None, string_if_invalid='', file_charset='utf-8', libraries=None, builtins=None)[source]
New in Django 1.8.

Lors de la création d’une instance de Engine, tous les paramètres doivent être transmis sous forme de paramètres nommés :

  • dirs définit une liste de répertoires dans lesquels le moteur recherche des fichiers sources de gabarits. Cette liste est utilisée pour configurer filesystem.Loader.

    La valeur par défaut est une liste vide.

  • app_dirs n’affecte que la valeur par défaut de loaders. Voir ci-dessous.

    Sa valeur par défaut est False.

  • allowed_include_roots est une liste de chaînes représentant les préfixes autorisés pour la balise de gabarit {% ssi %}. C’est une mesure de sécurité pour que les auteurs de gabarits ne puissent pas accéder à des fichiers auxquels ils ne devraient pas avoir accès.

    Par exemple, si 'allowed_include_roots' vaut ['/home/html', '/var/www'], {% ssi /home/html/foo.txt %} fonctionne, mais pas {% ssi /etc/passwd %}.

    La valeur par défaut est une liste vide.

    Obsolète depuis la version 1.8: allowed_include_roots est obsolète.

  • context_processors est une liste de chemins Python pointés vers des objets exécutables utilisés pour remplir le contexte lorsqu’un gabarit est produit avec une requête. Ces exécutables acceptent un objet requête comme paramètre et renvoient un dictionnaire d’éléments à fusionner dans le contexte.

    La valeur par défaut est une liste vide.

    Voir RequestContext pour plus d’informations.

  • debug est une valeur booléenne qui active ou désactive le mode débogage des gabarits. Quand elle vaut True, le moteur de gabarit stocke des informations de débogage supplémentaires pouvant être utilisées pour afficher un rapport détaillé lors de toute exception générée durant le rendu des gabarits.

    Sa valeur par défaut est False.

  • loaders est une liste de classes de chargeurs de gabarits, sous forme de chaînes. Chaque classe Loader sait comment importer les gabarits d’une source particulière. Il est possible d’indiquer des tuples au lieu de chaînes. Le premier élément du tuple correspond au nom de classe de Loader alors que les éléments suivants seront transmis à la classe Loader en vue de son initialisation.

    Sa valeur par défaut est une liste contenant :

    • 'django.template.loaders.filesystem.Loader'
    • 'django.template.loaders.app_directories.Loader' si et seulement si app_dirs vaut True.

    Voir Types de chargeurs pour les détails.

  • string_if_invalid est le résultat, sous forme de chaîne de caractères, que le système des gabarits utilise pour remplacer le contenu de variables non valides (par ex. mal orthographiées).

    Sa valeur par défaut est une chaîne vide.

    Voir Traitement des variables non valides pour les détails.

  • file_charset est le jeu de caractères utilisé pour lire les fichiers de gabarits depuis le disque.

    Sa valeur par défaut est 'utf-8'.

  • 'libraries': un dictionnaire d’étiquettes et de chemins Python pointés de modules de balises de gabarit à inscrire auprès du moteur de gabarit. Ceci est utilisé pour ajouter de nouvelles bibliothèques ou pour fournir des étiquettes alternatives à celles qui existent. Par exemple :

    Engine(
        libraries={
            'myapp_tags': 'path.to.myapp.tags',
            'admin.urls': 'django.contrib.admin.templatetags.admin_urls',
        },
    )
    

    Les bibliothèques peuvent être chargées en passant la clé de dictionnaire correspondante à la balise {% load %}.

  • 'builtins': une liste de chemins Python pointés de modules de balises de gabarit à ajouter aux modules intégrés. Par exemple :

    Engine(
        builtins=['myapp.builtins'],
    )
    

    Les balises et les filtres des bibliothèques intégrées peuvent être utilisés sans devoir d’abord faire appel à la balise {% load %}.

New in Django 1.9:

Les paramètres libraries et builtins ont été ajoutés.

static Engine.get_default()[source]

Lorsqu’un projet Django configure un et un seul moteur DjangoTemplates, cette méthode renvoie le moteur Engine sous-jacent. Dans d’autres circonstances, une exception ImproperlyConfigured est générée.

C’est obligatoire pour préserver les API qui comptent sur un moteur configuré implicitement et globalement disponible. Toute autre utilisation est fortement découragée.

Engine.from_string(template_code)[source]

Compile le code du gabarit donné et renvoie un objet Template.

Engine.get_template(template_name)[source]

Charge un gabarit ayant le nom donné, le compile et renvoie un objet Template.

Engine.select_template(self, template_name_list)[source]

Comme get_template(), sauf qu’il accepte une liste de noms et renvoie le premier gabarit existant de la liste.

Chargement d’un gabarit

La manière recommandée de créer un Template est d’appeler les méthodes de fabrication du moteur Engine: get_template(), select_template() et from_string().

Dans un projet Django où le réglage TEMPLATES définit exactement un moteur DjangoTemplates, il est possible d’instancier directement un objet Template.

class Template[source]

Cette classe se trouve dans django.template.Template. Le constructeur accepte un paramètre, le code brut du gabarit :

from django.template import Template

template = Template("My name is {{ my_name }}.")

En coulisses

Le système n’analyse qu’une seule fois le code brut du gabarit, au moment de la création de l’objet Template. Par la suite, le résultat est stocké en interne sous forme de structure arborescente pour des raisons de performance.

Même l’analyse en soi est assez rapide. La plupart de l’analyse se déroule dans un seul appel à une seule et courte expression régulière.

Rendu d’un contexte

À partir du moment où vous avez un objet Template compilé, vous pouvez procéder au rendu d’un contexte. Vous pouvez réutiliser le même gabarit pour le produire à plusieurs reprises avec différents contextes.

class Context(dict_=None, current_app=_current_app_undefined)[source]

Cette classe se trouve dans django.template.Context. Le constructeur accepte deux paramètres facultatifs :

  • Un dictionnaire faisant correspondre des noms de variables à des valeurs de variables.

  • Le nom de l’application en cours. Ce nom d’application est utilisé pour aider à la résolution des URL avec espace de noms. Si vous n’utilisez pas d’URL avec espace de noms, vous pouvez ignorer ce paramètre.

    Obsolète depuis la version 1.8: Le paramètre current_app est obsolète. Si vous en avez besoin, vous devez dorénavant utiliser RequestContext à la place de Context.

Pour plus de détails, voir Manipulation des objets Context plus bas.

Template.render(context)[source]

Appelez la méthode render() de l’objet Template avec un Context qui doit « remplir » le gabarit :

>>> from django.template import Context, Template
>>> template = Template("My name is {{ my_name }}.")

>>> context = Context({"my_name": "Adrian"})
>>> template.render(context)
"My name is Adrian."

>>> context = Context({"my_name": "Dolores"})
>>> template.render(context)
"My name is Dolores."

Variables et sous-éléments

Les noms de variables peuvent contenir des lettres (A-Z), des chiffres (0-9), des soulignements et des points (mais elles ne peuvent pas commencer par un soulignement).

Les points ont une signification particulière dans le rendu des gabarits. Un point dans un nom de variable indique l’accès à un sous-élément. Plus précisément, lorsque le système de gabarit voit un point dans un nom de variable, il recherche des sous-éléments dans cet ordre :

  • Accès dictionnaire. Exemple : foo["bar"]

  • Accès attribut. Exemple : foo.bar

  • Accès par index de liste. Exemple : foo[bar]

Notez que « bar » dans une expression de gabarit comme {{ foo.bar }} est interprété comme une chaîne littérale et même si une variable « bar » existe dans le contexte du gabarit, elle ne sera pas appelée.

Le système de gabarits utilise le premier accès qui fonctionne. C’est une logique de court-circuit. Voici quelques exemples :

>>> from django.template import Context, Template
>>> t = Template("My name is {{ person.first_name }}.")
>>> d = {"person": {"first_name": "Joe", "last_name": "Johnson"}}
>>> t.render(Context(d))
"My name is Joe."

>>> class PersonClass: pass
>>> p = PersonClass()
>>> p.first_name = "Ron"
>>> p.last_name = "Nasty"
>>> t.render(Context({"person": p}))
"My name is Ron."

>>> t = Template("The first stooge in the list is {{ stooges.0 }}.")
>>> c = Context({"stooges": ["Larry", "Curly", "Moe"]})
>>> t.render(c)
"The first stooge in the list is Larry."

Si un élément de la variable est un objet exécutable, le système de gabarits essaye de l’appeler. Exemple :

>>> class PersonClass2:
...     def name(self):
...         return "Samantha"
>>> t = Template("My name is {{ person.name }}.")
>>> t.render(Context({"person": PersonClass2}))
"My name is Samantha."

Les variables exécutables sont légèrement plus complexes que les variables qui ne demandent que des accès directs. Voici quelques éléments à garder en tête :

  • Si la variable génère une exception quand elle est appelée, celle-ci est propagée, sauf si l’exception possède un attribut silent_variable_failure valant True. Dans ce dernier cas, la variable produira une chaîne équivalente au contenu de l’option de configuration string_if_invalid du moteur (chaîne vide par défaut). Exemple :

    >>> t = Template("My name is {{ person.first_name }}.")
    >>> class PersonClass3:
    ...     def first_name(self):
    ...         raise AssertionError("foo")
    >>> p = PersonClass3()
    >>> t.render(Context({"person": p}))
    Traceback (most recent call last):
    ...
    AssertionError: foo
    
    >>> class SilentAssertionError(Exception):
    ...     silent_variable_failure = True
    >>> class PersonClass4:
    ...     def first_name(self):
    ...         raise SilentAssertionError
    >>> p = PersonClass4()
    >>> t.render(Context({"person": p}))
    "My name is ."
    

    Notez que django.core.exceptions.ObjectDoesNotExist, qui est la classe de base de toutes les exceptions DoesNotExist de l’API de base de données de Django, contient silent_variable_failure = True. Ainsi, si vous utilisez les gabarits de Django avec des objets modèles de Django, toute exception DoesNotExist échoue silencieusement.

  • Une variable ne peut être appelée que si elle ne demande pas de paramètre. Sinon le système renvoie la valeur de l’option string_if_invalid du moteur.

  • Il est clair qu’il peut exister des effets de bord lors de l’appel à certaines variables et il serait insensé ou sécuritairement désastreux de permettre au système de gabarits d’y accéder.

    Un bon exemple est la méthode delete() de chaque objet modèle de Django. Le système de gabarits ne devrait pas permettre de faire quelque chose comme :

    I will now delete this valuable data. {{ data.delete }}
    

    Pour empêcher cela, définissez un attribut alters_data sur la variable exécutable. Le système de gabarits n’appellera pas une variable si elle contient alters_data=True et la remplace plutôt par le contenu de string_if_invalid, sans conditions. Les méthodes générées dynamiquement delete() et save() sur les objets modèles de Django reçoivent automatiquement alters_data=True. Exemple :

    def sensitive_function(self):
        self.database_record.delete()
    sensitive_function.alters_data = True
    
  • Vous pouvez parfois avoir envie de désactiver cette fonctionnalité pour d’autres raisons, et dire au système de gabarits de ne pas interpréter une variable, peu importe le contexte. Pour ce faire, il faut définir un attribut do_not_call_in_templates sur la variable exécutable, avec la valeur True. Le système de gabarits va alors considérer que la variable ne peut pas être appelée (ce qui permet par exemple d’accéder aux attributs de l’objet exécutable).

Traitement des variables non valides

Généralement, si une variable n’existe pas, le système des gabarits insère la valeur de l’option de configuration string_if_invalid du moteur, qui vaut '' (chaîne vide) par défaut.

Les filtres appliqués à une variable non valide ne seront appliqués que si string_if_invalid est défini à '' (la chaîne vide). Si string_if_invalid est défini à une autre valeur, les filtres de variable seront ignorés.

Ce comportement est légèrement différent pour les balises de gabarit if, for et regroup. Si une variable non valide est fournie à l’une de ces balises de gabarit, la variable sera interprétée comme None. Les filtres sont toujours appliqués aux variables non valides dans ces balises de gabarit.

Si string_if_invalid contient un substituant '%s', ce dernier sera remplacé par le nom de la variable non valide.

À des fins de débogage uniquement !

Bien que string_if_invalid puisse être un outil de débogage utile, il n’est pas conseillé de l’activer de manière permanente durant le développement.

Beaucoup de gabarits, y compris ceux du site d’administration, comptent sur le comportement silencieux du système de gabarit lorsqu’une variable non existante apparaît. Si string_if_invalid contient une valeur autre que '', vous allez rencontrer des problèmes d’affichage avec ces gabarits et ces sites.

Généralement, string_if_invalid ne devrait être activé que pour déboguer un problème spécifique d’un gabarit, puis réinitialisé une fois cette phase terminée.

Variables intégrées

Tous les contextes contiennent True, False et None. Comme on peut s’y attendre, ces variables correspondent aux objets Python équivalents.

Restrictions avec les chaînes littérales

Le langage de gabarit de Django ne possède pas de moyen pour échapper les caractères utilisés pour sa propre syntaxe. Par exemple, la balise templatetag est indispensable pour afficher des séquences de caractères comme {% ou %}.

Un problème similaire survient lorsqu’il s’agit d’inclure ces séquences dans les paramètres d’un filtre ou d’une balise. Par exemple, lors de l’analyse d’un bloc de balise, l’analyseur de gabarit de Django cherche la première occurrence de %} après un {%. Cela empêche de pouvoir utiliser "%}" dans une chaîne littérale. Par exemple, une exception TemplateSyntaxError est générée pour les expressions suivantes :

{% include "template.html" tvar="Some string literal with %} in it." %}

{% with tvar="Some string literal with %} in it." %}{% endwith %}

La même problématique est révélée quand on utilise une séquence réservée dans les paramètres d’un filtre :

{{ some.variable|default:"}}" }}

Si vous avez besoin d’utiliser des chaînes qui contiennent ces séquences, vous devez les stocker dans des variables de gabarit ou utiliser une balise ou un filtre personnalisé pour détourner cette restriction.

Manipulation des objets Context

La plupart du temps, les objets Context sont créés en transmettant à Context() un dictionnaire contenant les données utiles. Mais il est toujours possible d’ajouter ou d’enlever des éléments d’un objet Context après sa création, en employant la syntaxe habituelle des dictionnaires :

>>> from django.template import Context
>>> c = Context({"foo": "bar"})
>>> c['foo']
'bar'
>>> del c['foo']
>>> c['foo']
Traceback (most recent call last):
...
KeyError: 'foo'
>>> c['newvariable'] = 'hello'
>>> c['newvariable']
'hello'
Context.get(key, otherwise=None)

Renvoie la valeur correspondant à key si key est dans le contexte, sinon renvoie otherwise.

Context.setdefault(key, default=None)
New in Django 1.9.

Si key est dans le contexte, renvoie sa valeur. Sinon insère key avec la valeur default et renvoie default.

Context.pop()
Context.push()
exception ContextPopException[source]

Un objet Context est une pile. C’est-à-dire que vous pouvez lui appliquer les méthodes push() et pop(). En cas de pop() en trop, une exception django.template.ContextPopException est générée :

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> c.push()
{}
>>> c['foo'] = 'second level'
>>> c['foo']
'second level'
>>> c.pop()
{'foo': 'second level'}
>>> c['foo']
'first level'
>>> c['foo'] = 'overwritten'
>>> c['foo']
'overwritten'
>>> c.pop()
Traceback (most recent call last):
...
ContextPopException

Vous pouvez aussi utiliser push() comme gestionnaire de contexte pour garantir que l’instruction pop() correspondante soit effectivement appelée.

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> with c.push():
...     c['foo'] = 'second level'
...     c['foo']
'second level'
>>> c['foo']
'first level'

Tous les paramètres passés à push() sont transmis au constructeur de dict utilisé pour construire le nouveau niveau de contexte.

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> with c.push(foo='second level'):
...     c['foo']
'second level'
>>> c['foo']
'first level'
Context.update(other_dict)[source]

En plus de push() et pop(), l’objet Context définit également une méthode update(). Elle fonctionne comme push(), mais accepte en paramètre un dictionnaire et place ce dictionnaire sur la pile, au lieu d’un dictionnaire vide.

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> c.update({'foo': 'updated'})
{'foo': 'updated'}
>>> c['foo']
'updated'
>>> c.pop()
{'foo': 'updated'}
>>> c['foo']
'first level'

Comme push(), vous pouvez utiliser update() comme gestionnaire de contexte pour garantir que l’instruction pop() correspondante soit effectivement appelée.

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> with c.update({'foo': 'second level'}):
...     c['foo']
'second level'
>>> c['foo']
'first level'
New in Django 1.9:

La possibilité d’utiliser update() comme gestionnaire de contexte a été ajoutée.

L’utilisation de Context comme une pile est bien pratique avec certaines balises de gabarit personnalisées.

Context.flatten()

En utilisant la méthode flatten(), vous pouvez obtenir l’ensemble de la pile de Context sous forme d’un unique dictionnaire, y compris les variables natives.

>>> c = Context()
>>> c['foo'] = 'first level'
>>> c.update({'bar': 'second level'})
{'bar': 'second level'}
>>> c.flatten()
{'True': True, 'None': None, 'foo': 'first level', 'False': False, 'bar': 'second level'}

La méthode flatten() est aussi utilisée en interne pour rendre les objets Context comparables.

>>> c1 = Context()
>>> c1['foo'] = 'first level'
>>> c1['bar'] = 'second level'
>>> c2 = Context()
>>> c2.update({'bar': 'second level', 'foo': 'first level'})
{'foo': 'first level', 'bar': 'second level'}
>>> c1 == c2
True

Le résultat de flatten() peut être utile dans les tests unitaires pour comparer Context avec un dict:

class ContextTest(unittest.TestCase):
    def test_against_dictionary(self):
        c1 = Context()
        c1['update'] = 'value'
        self.assertEqual(c1.flatten(), {
            'True': True,
            'None': None,
            'False': False,
            'update': 'value',
        })

Sous-classe de Context: RequestContext

class RequestContext(request, dict_=None, processors=None)[source]

Django contient une classe Context spéciale, django.template.RequestContext, qui se comporte légèrement différemment de l’objet django.template.Context normal. La première différence est qu’elle demande un objet HttpRequest comme premier paramètre. Par exemple :

c = RequestContext(request, {
    'foo': 'bar',
})

La seconde différence est qu’elle remplit automatiquement le contexte avec quelques variables, en fonction de l’option de configuration context_processors du moteur.

L’option context_processors est une liste d’objets exécutables appelés processeurs de contexte qui acceptent un objet requête en paramètre et renvoient un dictionnaire d’éléments à fusionner dans le contexte. Dans le fichier de réglages généré par défaut, le moteur de gabarit par défaut contient les processeurs de contexte suivants :

[
    'django.template.context_processors.debug',
    'django.template.context_processors.request',
    'django.contrib.auth.context_processors.auth',
    'django.contrib.messages.context_processors.messages',
]
Changed in Django 1.8:

Les processeurs de contexte de gabarit intégrés ont été déplacés de django.core.context_processors vers django.template.context_processors dans Django 1.8.

En plus de ce contenu, RequestContext active toujours 'django.template.context_processors.csrf'. Il s’agit d’un processeur de contexte lié à la sécurité exigé par l’application d’administration ainsi que d’autres applications contribuées. Il est volontairement ajouté de force pour qu’il ne puisse pas être enlevé par une erreur de configuration dans l’option context_processors.

Chaque processeur est appliqué successivement. Cela signifie que si un processeur ajoute une variable au contexte et que le processeur suivant ajoute une variable de même nom, la seconde écrase la première. Les processeurs par défaut sont présentés ci-dessous.

Quand les processeurs de contexte sont-ils appliqués ?

Les processeurs de contexte sont appliqués au sommet des données de contexte. Cela signifie qu’un processeur de contexte peut écraser une variable que vous avez fournie dans un objet Context ou RequestContext, il faut donc faire attention de ne pas utiliser des variables dont le nom peut entrer en conflit avec ceux des processeurs de contexte installés.

Si vous souhaitez que des données de contexte aient la priorité sur les processeurs de contexte, utilisez le schéma suivant :

from django.template import RequestContext

request_context = RequestContext(request)
request_context.push({"my_name": "Adrian"})

Django fait cela pour permettre aux données de contexte d’écraser des processeurs de contexte dans des API comme render() ou TemplateResponse.

Il est également possible de donner à RequestContext une liste de processeurs supplémentaires en utilisant le troisième paramètre positionnel facultatif, processors. Dans cet exemple, l’instance RequestContext reçoit une variable ip_address:

from django.http import HttpResponse
from django.template import RequestContext

def ip_address_processor(request):
    return {'ip_address': request.META['REMOTE_ADDR']}

def some_view(request):
    # ...
    c = RequestContext(request, {
        'foo': 'bar',
    }, [ip_address_processor])
    return HttpResponse(t.render(c))

Processeurs de contexte de gabarit intégrés

Voici ce que font chacun des processeurs de contexte intégrés :

django.contrib.auth.context_processors.auth

auth()[source]

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra ces variables :

  • user – une instance auth.User représentant l’utilisateur actuellement connecté (ou une instance AnonymousUser, si le client n’est pas connecté).

  • perms – une instance de django.contrib.auth.context_processors.PermWrapper, représentant les permissions de l’utilisateur actuellement connecté.

django.template.context_processors.debug

debug()[source]

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contient ces deux variables – mais seulement si le réglage DEBUG vaut True et que l’adresse IP de la requête (request.META['REMOTE_ADDR']) se trouve dans le réglage INTERNAL_IPS:

  • debugTrue. Vous pouvez l’utiliser dans les gabarits pour tester si vous êtes en mode DEBUG.

  • sql_queries – une liste de dictionnaires {'sql': ..., 'time': ...} représentant chaque requête SQL effectuée jusque-là dans le traitement de la requête et le temps nécessaire à son exécution. La liste est triée dans l’ordre des requêtes et produite de manière différée au moment de son accès.

django.template.context_processors.i18n

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra ces deux variables :

  • LANGUAGES – la valeur du réglage LANGUAGES.

  • LANGUAGE_CODErequest.LANGUAGE_CODE, si elle existe. Sinon, la valeur du réglage LANGUAGE_CODE.

Voir Internationalisation et régionalisation pour plus de détails.

django.template.context_processors.media

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra une variable MEDIA_URL, équivalente au réglage MEDIA_URL.

django.template.context_processors.static

static()[source]

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra une variable STATIC_URL, équivalente au réglage STATIC_URL.

django.template.context_processors.csrf

Ce processeur ajoute un jeton requis par la balise de gabarit csrf_token pour se protéger des attaques de type Cross Site Request Forgeries.

django.template.context_processors.request

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra une variable request correspondant à l’objet HttpRequest actuel.

django.template.context_processors.tz

tz()[source]

If this processor is enabled, every RequestContext will contain a variable TIME_ZONE, providing the name of the currently active time zone.

django.contrib.messages.context_processors.messages

Si ce processeur est activé, chaque RequestContext contiendra ces deux variables :

  • messages – une liste de messages (sous forme de chaînes) qui ont été définis au travers de l’infrastructure des messages.

  • DEFAULT_MESSAGE_LEVELS – un tableau de correspondance entre les noms de niveaux de message et leur valeur numérique.

Écriture de son propre processeur de contexte

Un processeur de contexte possède une interface très simple : ce n’est qu’une fonction Python acceptant un paramètre, un objet HttpRequest, et renvoyant un dictionnaire qui est ensuite ajouté au contexte de gabarit. Chaque processeur de contexte doit renvoyer un dictionnaire.

Les processeurs de contexte personnalisés peuvent se trouver n’importe où dans le code. Tout ce que Django demande, c’est que l’option 'context_processors' du réglage TEMPLATES (ou le paramètre context_processors d’un moteur Engine si vous l’utilisez directement) contienne le chemin vers le processeur personnalisé.

Chargement des gabarits

En général, il est conseillé de stocker les gabarits sur le système de fichiers plutôt que de faire appel à l’API Template de bas niveau. Les gabarits doivent se trouver dans un répertoire désigné comme répertoire de gabarits.

Django recherche les répertoires de gabarits à plusieurs endroits, en fonction des réglages de chargement des gabarits (voir « Types de chargeurs » ci-dessous), mais la façon la plus élémentaire de désigner des répertoires de gabarits est d’utiliser l’option DIRS.

L’option DIRS

Changed in Django 1.8:

Cette valeur était précédemment définie par le réglage TEMPLATE_DIRS.

Indiquez à Django quels sont vos répertoires de gabarits en utilisant l’option DIRS du réglage TEMPLATES dans votre fichier de réglages, ou le paramètre dirs de Engine. Il devrait contenir une liste de chaînes contenant les chemins complets vers les répertoires de gabarits :

TEMPLATES = [
    {
        'BACKEND': 'django.template.backends.django.DjangoTemplates',
        'DIRS': [
            '/home/html/templates/lawrence.com',
            '/home/html/templates/default',
        ],
    },
]

Les gabarits peuvent se trouver n’importe où, pour autant que leur emplacement soit lisible par le serveur Web. Leur extension est également à votre bon plaisir, .html, .txt, ou même sans extension du tout.

Notez que ces chemins doivent utiliser les barres obliques de style Unix, même avec Windows.

Types de chargeurs

Par défaut, Django utilise un chargeur de gabarit basé sur le système de fichiers, mais il existe également quelques autres chargeurs de gabarit, qui savent comment charger des gabarits à partir d’autres sources.

Certains de ces autres chargeurs sont désactivés par défaut, mais vous pouvez les activer en ajoutant une option 'loaders' à votre moteur DjangoTemplates dans le réglage TEMPLATES ou en transmettant un paramètre loaders à Engine. loaders doit contenir une liste de chaînes ou de tuples, où chaque élément représente une classe de chargeur de gabarit. Voici les chargeurs de gabarit que Django propose :

django.template.loaders.filesystem.Loader

class filesystem.Loader

Charge les gabarits à partir du système de fichiers, en fonction de DIRS.

Ce chargeur est actif par défaut. Cependant, il ne trouvera aucun gabarit tant que vous n’aurez pas défini DIRS à une liste non vide :

TEMPLATES = [{
    'BACKEND': 'django.template.backends.django.DjangoTemplates',
    'DIRS': [os.path.join(BASE_DIR, 'templates')],
}]

django.template.loaders.app_directories.Loader

class app_directories.Loader

Charge les gabarits à partir des dossiers d’applications Django sur le système de fichiers. Pour chaque application dans INSTALLED_APPS, le chargeur cherche un sous-répertoire nommé templates. S’il le trouve, Django recherche les gabarits dans ce répertoire.

Cela signifie que vous pouvez stocker les gabarits à l’intérieur des différentes applications. Cela facilite également la distribution des applications Django dotées de gabarits par défaut.

Par exemple, avec ce réglage :

INSTALLED_APPS = ['myproject.polls', 'myproject.music']

get_template('foo.html') recherche foo.html dans ces répertoires, dans l’ordre :

  • /chemin/vers/myproject/polls/templates/

  • /chemin/vers/myproject/music/templates/

… et utilise le premier qu’il trouve.

L’ordre de INSTALLED_APPS est important ! Par exemple, si vous souhaitez personnaliser l’administration de Django, il peut être utile de surcharger le gabarit admin/base_site.html standard de django.contrib.admin par votre propre admin/base_site.html dans myproject.polls. Vous devez alors vous assurer que myproject.polls apparaisse avant django.contrib.admin dans INSTALLED_APPS, sinon django.contrib.admin sera chargé en premier et votre gabarit sera ignoré.

Notez que le chargeur effectue une optimisation lors de son premier lancement : il place en cache une liste des paquets INSTALLED_APPS qui possèdent un sous-répertoire templates.

Vous pouvez activer ce chargeur en définissant simplement APP_DIRS à True:

TEMPLATES = [{
    'BACKEND': 'django.template.backends.django.DjangoTemplates',
    'APP_DIRS': True,
}]

django.template.loaders.eggs.Loader

class eggs.Loader

Obsolète depuis la version 1.9: La distribution d’applications sous forme « eggs » n’est pas recommandée.

Semblable à app_directories ci-dessus, mais charge les gabarits à partir d’objets eggs Python au lieu du système de fichiers.

Ce chargeur est désactivé par défaut.

django.template.loaders.cached.Loader

class cached.Loader

Par défaut, le système des gabarits lit et compile les gabarits chaque fois qu’ils doivent être produits. Même si le système des gabarits de Django est assez rapide, la charge de lecture et de compilation des gabarits peut être conséquente.

Le chargeur de gabarits « en cache » est un chargeur basé sur une classe qu’il est possible de configurer en lui donnant une liste d’autres chargeurs qu’il va encapsuler. Les chargeurs encapsulés sont utilisés pour retrouver les gabarits inconnus la première fois qu’ils sont référencés. Le chargeur « en cache » stocke ensuite l’objet Template compilé en mémoire. Cette instance mise en cache est renvoyée lors de chaque nouvelle requête de chargement de ce même gabarit.

Par exemple, pour activer la mise en cache des gabarits avec les chargeurs de gabarit filesystem et app_directories, voici le réglage qu’il faudrait utiliser :

TEMPLATES = [{
    'BACKEND': 'django.template.backends.django.DjangoTemplates',
    'DIRS': [os.path.join(BASE_DIR, 'templates')],
    'OPTIONS': {
        'loaders': [
            ('django.template.loaders.cached.Loader', [
                'django.template.loaders.filesystem.Loader',
                'django.template.loaders.app_directories.Loader',
            ]),
        ],
    },
}]

Note

Toutes les balises de gabarit intégrées à Django peuvent être utilisées sans problème avec le chargeur « en cache », mais si vous utilisez des balises de gabarit personnalisées provenant de paquets externes ou que vous avez écrites vous-même, il est nécessaire de vérifier que l’implémentation des objets Node de chaque balise respecte la concurrence (« thread-safe »). Pour plus d’informations, consultez les indications sur la concurrence entre fils d’exécution dans les balises de gabarit.

Ce chargeur est désactivé par défaut.

django.template.loaders.locmem.Loader

New in Django 1.8.
class locmem.Loader

Charge des gabarits à partir d’un dictionnaire Python. Utile pour les tests.

Ce chargeur prend un dictionnaire de gabarits comme premier paramètre :

TEMPLATES = [{
    'BACKEND': 'django.template.backends.django.DjangoTemplates',
    'OPTIONS': {
        'loaders': [
            ('django.template.loaders.locmem.Loader', {
                'index.html': 'content here',
            }),
        ],
    },
}]

Ce chargeur est désactivé par défaut.

Django utilise les chargeurs de gabarit dans l’ordre de leur apparition dans l’option 'loaders'. Il utilise chaque chargeur jusqu’à ce qu’il trouve une correspondance.

Chargeurs personnalisés

Il est possible de charger des gabarits provenant de sources supplémentaires en utilisant des chargeurs de gabarit personnalisés. Les classes personnalisées de Loader doivent hériter de django.template.loaders.base.Loader et définir les méthodes get_contents() et get_template_sources().

Changed in Django 1.8:

django.template.loaders.base.Loader était précédemment défini dans django.template.loader.BaseLoader.

Changed in Django 1.9:

Dans les précédentes versions de Django, les chargeurs personnalisés définissaient une seule méthode : load_template_source().

Méthodes des chargeurs

class Loader[source]

Charge des gabarits à partir d’une source donnée, telle que le système de fichier ou une base de données.

get_template_sources(template_name)[source]

Une méthode acceptant un nom de gabarit template_name et renvoyant une à une des instances Origin pour chaque source possible.

Par exemple, le chargeur système de fichiers pourrait recevoir 'index.html' comme paramètre template_name. Cette méthode produirait des origines pour le chemin complet de index.html tel qu’il devrait apparaître dans chaque répertoire de gabarits que le chargeur inspecte.

La méthode n’a pas besoin de vérifier que le gabarit existe pour un chemin donné, mais elle doit s’assurer que le chemin est valide. Par exemple, le chargeur système de fichiers doit s’assurer que le chemin se trouve bien dans un répertoire de gabarits valide.

get_contents(origin)

Renvoie le contenu d’un gabarit en fonction d’une instance Origin donnée.

C’est ici qu’un chargeur système de fichiers lit le contenu à partir du système de fichiers, ou qu’un chargeur base de données lit à partir de la base de données. Si aucun gabarit existant ne correspond, une erreur TemplateDoesNotExist doit être générée.

get_template(template_name, skip=None)[source]

Renvoie un objet Template correspondant à template_name en passant en boucle ce que get_template_sources() renvoie et en appelant get_contents(). Le premier gabarit trouvé est renvoyé. Si aucun n’est trouvé, une exception TemplateDoesNotExist est générée.

Le paramètre facultatif skip est une liste d’origines à ignorer lors de l’extension des gabarits. Cela permet à des gabarits d’étendre d’autres gabarits du même nom. Une autre utilité est d’éviter les erreurs de récursion.

En général, il est suffisant que les chargeurs de gabarit personnalisés définissent get_template_sources() et get_contents(). get_template() n’a généralement pas besoin d’être surchargée.

load_template_source(template_name, template_dirs=None)[source]

Renvoie un tuple (template_string, template_origin), où template_string est une chaîne contenant les contenus du gabarit, et template_origin une chaîne identifiant la source du gabarit. Par exemple, un chargeur se basant sur le système de fichiers pourrait renvoyer le chemin complet vers le fichier dans template_origin.

template_dirs est un paramètre facultatif utilisé pour contrôler quels répertoires le chargeur va explorer.

Cette méthode est appelée automatiquement par load_template() et devrait être surchargée dans le cas de l’écriture de chargeurs de gabarits personnalisés.

Obsolète depuis la version 1.9: Les chargeurs personnalisés devraient plutôt utiliser get_template() et get_contents().

load_template(template_name, template_dirs=None)[source]

Renvoie un tuple (template, template_origin), où template est un objet Template et template_origin une chaîne identifiant la source du gabarit. Par exemple, un chargeur se basant sur le système de fichiers pourrait renvoyer le chemin complet vers le fichier dans template_origin.

Obsolète depuis la version 1.9: Les chargeurs personnalisés devraient plutôt utiliser get_template() et get_contents().

Création de son propre chargeur

Pour des exemples, lisez le code source des chargeurs intégrés à Django.

Origine de gabarit

Les gabarits possèdent un attribut origin contenant des attributs qui dépendent de la source à partir de laquelle ils ont été chargés.

Changed in Django 1.9:

Par le passé, Django créait une origine sur la base de django.template.loader.LoaderOrigin ou de django.template.base.StringOrigin. Celles-ci ont été remplacées par django.template.base.Origin.

class Origin[source]
name

Le chemin du gabarit tel que renvoyé par le chargeur de gabarit. Pour les chargeurs qui lisent à partir du système de fichiers, il s’agit du chemin complet correspondant au gabarit.

Si le gabarit est instancié directement plutôt que par l’intermédiaire d’un chargeur de gabarits, ce chemin contient <unknown_source> (source inconnue).

template_name

Le chemin relatif du gabarit tel que transmis au chargeur de gabarits.

Si le gabarit est instancié directement plutôt que par l’intermédiaire d’un chargeur de gabarits, cette valeur vaut None.

Back to Top